Les parcs peuvent l’être à nouveau: Parc Old Orchard, Vancouver

24 juin 2020

Clemence Marcastel

Cette réflexion écrite par Adrian Crook fait partie de notre série en ligne ‘Un jour au parc’, qui explore comment les parcs nous façonnent. N’hésitez pas à découvrir tous les épisodes de notre série estivale


En 1980, mes parents nous ont déménagé ma soeur et moi d’Est Vancouver au Port Moody, une des ‘trois villes’ du Grand Vancouver (avec Coquitlam et Port Coquitlam), une banlieue de 15 000 habitants à l’époque. J’avais 5 ans et j’allais passer une vingtaine d’années à grandir dans une maison surplombant le parc Old Orchard et l’océan, séparé par la ligne de chemin de fer.

Le parc Old Orchard est situé à 2.5 km de l’estran du port Moody. Traçant un chemin depuis les quais le long des rives Burrard Inlet, le chemin était mon autoroute quand j’étais jeune, là où je pouvais marcher, ou faire du vélo seul en partant du parc Old Orchard vers toutes les autres destinations un enfant pourrait vouloir se rendre: la piscine de Rocky Point, le centre de loisirs ou la patinoire.

Mais le parc Old Orchard m’a offert presque tout ce dont j’ai jamais eu besoin. 

 

 

Le parc Old Orchard m’a appris à prendre des risques, avec son terrain de jeu fait de cordes, de béton et de bois, amusant tout en étant impitoyable, avec un sol dur pour unique revêtement. Si j’ai jamais été supervisé, c’était bien avant que je sois suffisamment âgé pour m’en souvenir. Autant que je puisse aimer ce parc, mes parents l’aimaient encore plus, pour la simple et bonne raison qu’il me gardait occupé en dehors de la maison toute la journée.

La plage du parc m’a fournie un point de départ pour mes trecks mal avisés à travers des chemins boueux issus de la marée. À la fin de l’été, mes pieds étaient transformés en zones hachurées de cicatrices reçues à chaque fois que je m’enfonçais dans des tas boueux jusqu’à m’entailler sur la roche.

Adolescent de 13 ou 14 ans, je trainais un kayak ou un bateau à moteur en aluminium vers cette même plage, explorant aussi loin que Deep Cove avec personne d’autre que mon ami Daniel. Ses parents étaient les gardiens du parc Old Orchard, et vivaient dans une petite maison des années 50 au milieu du parc.

Je ne me souviens pas avoir jamais fait ce que la plupart des gens font sur une plage: rester allongé à prendre le soleil. À la place, je pêchais de petits poissons et des craves que je pouvais attraper à la main, les pêchant avec l’eau arrivant à ma taille, les cherchant à travers l’éblouissante surface de l’eau.

Aujourd’hui le parc a été amélioré. Il y a un chemin dédié pour les vélos et les poussettes autour de la jetée, et les portions du chemin le long de l’estran qui n’étaient que de la boue ont maintenant une passerelle. Les anciennes structures de jeu ont été détruites il y a bien longtemps, et ont été remplacées par des équipements qui ont très clairement reçu l’aval de tous les niveaux de gouvernement avant leurs installations.
Mais le parc Old Orchard reste le même. La petite “île” juste à côté de la place vers où je pataugeais si souvent. La zone couverte pour les barbecues où je jouais au football avec mon ami Grant de l’époque du lycée quand il pleuvait. Les tables de pique-nique, surfaces idéales où écrire ou sauter.

Aujourd’hui, je vis avec mes 5 enfants dans un appartement du centre ville de Vancouver. Les parcs du quartier sont essentiels dans la vie de ma famille.

Mais, alors que les parcs n’ont jamais été aussi géniaux, le monde change autour d’eux. Aujourd’hui, nous ne faisons plus assez confiance aux enfants pour les laisser jouer seuls dans les parcs, et c’est une perte incroyable pour les enfants comme pour les parents. Pour moi, et pour beaucoup d’autres adultes de ma génération et des générations précédentes, les parcs sont les lieux où nous développions notre indépendance. Il devrait y avoir un parc Old Orchard pour tous les enfants. Les parcs peuvent redevenir ces lieux, à nouveau.

 

 

About Adrian Cook – Fondateur de 5kids1condo 

Adrian Crook est le père de 5 enfants avec qui il vit dans le magnifique centre-ville de Vancouver en Columbie Britannique.

Il a commencé 5Kids1Condo pour partager avec ses lecteurs les uniques bienfaits liés à l’éducation de ces enfants dans un environnement urbain. Passionné à l’idée de créer des liens familiaux forts, il tient à avoir une hygiène de vie durable tout en maintenant un équilibre sain entre vie professionnelle et privée. Avec ses 5 enfants, il vit dans un appartement de 90 m2 dans le quartier de Yaletown à Vancouver. Chaque jour, il prend des décisions comncrétes pour s’assurer que s’il vit en grand, son empreinte carbone reste réduite. Il est un ardent défenseur des politiques  locatives et des transports en commun. 

 


Grâce au généreux soutien 


 

Cette réflexion écrite par Adrian Crook fait partie de notre série en ligne ‘Un jour au parc’, qui explore comment les parcs nous façonnent. N’hésitez pas à découvrir tous les épisodes de notre série estivale. 

Choisissez une autre histoire de parc

Restez au fait des possibilités de financement, des programmes et des événements offerts par les Amis des parcs

Inscrivez-vous à l’infolettre de Amis des parcs