Les Bourses TD Amis des parcs réunissent des groupes sur un terrain commun

15 octobre 2021

Stephanie Stanov

Pour les nombreux résidents qui n’ont ni accès à un jardin privé ni même à un balcon, les parcs constituent une extension de leur espace de vie. Si les avantages écologiques des espaces naturels sont bien connus, les avantages sociaux des parcs le sont moins. Que ce soit leur influence positive sur la santé mentale ou leur capacité à réduire l’isolement social, les parcs voient leurs vertus salutaires et sociales de plus en plus plébiscitées* depuis la pandémie.

Les parcs peuvent assurément nous rendre plus heureux, en meilleure santé et mieux nous lier les uns aux autres. Mais à la condition qu’on puisse y avoir accès, et ce, en toute sécurité. Et nous savons que les parcs sont moins accessibles et moins sûrs pour les groupes en quête d’équité.

Dans l’enquête menée par les Amis des parcs auprès de 3500 résidents au Canada, les personnes interrogées s’identifiant comme des personnes Noires, Autochtones ou de couleur ont dit être plus susceptibles de rencontrer des obstacles à l’utilisation des parcs pendant la pandémie, comme la peur de recevoir une contravention (24 %) et le harcèlement (22 %).

Ces quatre dernières années, les Bourses TD Amis des parcs ont permis de créer des liens vitaux entre les gens et les parcs. Bien que depuis le début les groupes en quête d’équité soient au cœur du programme, cette année, nous nous sommes fixé un objectif clair : faire en sorte que 50 % des Bourses TD Amis des parcs soient octroyées à des groupes en quête d’équité dans les villes du Canada.

À Toronto, le travail des groupes Youth Leaders of East York et Street to Trail* vise à rendre les avantages des parcs, ravins et lieux publics plus accessibles aux groupes en quête d’équité.

 

Youth Leaders of East York offre une échappée belle dans le monde sauvage

 

 

Au début de la pandémie, Thorncliffe Park a été touché de manière disproportionnée par la pandémie. Pour illustrer ce fait, le Dr Jeff Powis, directeur médical du contrôle des infections à l’hôpital Michael Garron, a déclaré :

« J’ai compris que la pandémie avait des répercussions disproportionnées sur les personnes déjà vulnérables sur le plan de la santé en raison de facteurs comme le logement, le revenu et les origines raciales. »

Tandis que les médias ont davantage mis en évidence les difficultés des travailleurs du secteur de la santé, de l’industrie des services et ceux occupant des petits boulots, les difficultés des jeunes des quartiers ont été reléguées au second plan. Elmirah, cofondatrice de Youth Leaders of East York, a constaté un besoin dans son quartier et s’est rapidement mise en contact avec d’autres jeunes partageant les mêmes idées pour créer un réseau de soutien. En tant que Canadienne de première génération, Elmirah voulait offrir aux jeunes, comme elle, des moyens de se mobiliser et de participer activement à la vie du quartier.

Youth Leaders of East York aide les jeunes à trouver un emploi ou un poste de bénévole, à améliorer leurs compétences en matière de leadership et de travail d’équipe, et à s’informer sur toute une gamme de sujets, comme les aides financières pour les études postsecondaires, la façon de réduire la violence de proximité et la lutte contre le racisme.

Le groupe a ainsi créé la « Green Team » pour aider les jeunes à s’attaquer aux problèmes environnementaux dans leur quartier et dans le monde. Youth Leaders of East York a bénéficié d’une Bourse TD Amis des parcs afin d’organiser la Summer Environmental Stewardship Series [Série d’événements de gestion environnementale pendant l’été]. Celle-ci comprenait une promenade dans un ravin commentée par Floyd Ruskin, membre principal du groupe bénévole de conservation et d’intendance Don’t Mess With the Don*, qui travaille activement à la protection, à la restauration et à la revitalisation de la vallée de la rivière Don depuis plus de 30 ans.

 

 

J’ai rejoint Youth Leaders of East York pour une promenade le long de la rivière Don. Les membres de ce groupe, qui ont grandi dans des quartiers adjacents comme Thorncliffe Park, étaient déjà assez familiers avec certains parcs du quartier. Toutefois, cet endroit moins entretenu et caché représentait un territoire inexploré pour eux. En chemin, Floyd a attiré notre attention sur certaines caractéristiques sauvages de cet endroit. Au cours des réunions en ligne précédentes, les participants avaient été invités à réfléchir à ce que signifient pour eux la nature et la gestion environnementale, et quelles émotions les habitent lorsqu’ils passent du temps dans la nature. La promenade dirigée par Floyd a fait remonter ces émotions à la surface. Même si les termes « gestion environnementale », « contrôle des espèces envahissantes » et « conservation » ne semblent pas donner lieu à des émotions intenses, personne n’est mieux placé que Floyd Ruskin pour souligner l’importance des ravins.

À la fin de la promenade, nous sommes tous repartis avec une nouvelle appréciation pour cette vallée fluviale et avec le sentiment d’être plus familiers et plus sereins dans un espace naturel aussi sauvage que merveilleux.

 

Street to Trail magnifie la nature auprès des personnes itinérantes

 

Street to Trail* offre aux personnes itinérantes et marginalisées de passer du temps dans la nature grâce à des randonnées d’une journée ou des séjours en camping. Street to Trail, la seule organisation de Toronto facilitant l’accès des personnes marginalisées à la nature, connaît bien les avantages multiples de passer du temps en plein air.

Elle sait aussi que « la nature, grâce à son pouvoir inhérent de nourrir l’esprit, le corps et l’âme permet d’améliorer la qualité de vie des gens ».

En raison de la pandémie, le groupe a été forcé d’organiser des excursions plus près.

Grâce à une Bourse TD Amis des parcs, Street to Trail a ainsi pu organiser de nouveaux événements, dont la randonnée Photovoice à High Park. Photovoice se sert de la photographie pour permettre aux gens de documenter leur perception et de partager leur expérience. L’objectif de l’appareil photo devient un prolongement du regard des participants et permet d’amplifier leur point de vue, tant pour eux-mêmes que pour les autres.

En organisant une excursion photo axée sur la nature, Street to Trail offre aux participants une nouvelle façon d’établir des liens avec le monde naturel. Après une brève introduction aux principes de base de la photographie, les participants sont invités à choisir l’appareil photo de leur choix, que ce soit un appareil numérique compact ou un appareil professionnel plus sophistiqué.

 

 

En s’arrêtant à plusieurs endroits pendant leur promenade, les participants mettent en application leurs nouvelles connaissances de la photographie. Quant à moi, à la fin de la randonnée, je partageais l’enthousiasme des participants en magnifiant des aspects uniques de la nature qui, autrement, resteraient invisibles à l’œil des visiteurs. Nous avons tous raconté la nature à notre manière; un récit qui nous appartient à nous et au plus grand nombre.

Cela a été pour moi un vrai privilège que de participer aux excursions dans la nature de Street to Trail et Youth Leaders of East York. En marchant à leurs côtés, j’ai vu à quel point ces deux groupes contribuaient à combler activement et de manière innovante l’écart qui sépare celles et ceux qui souhaitent rétablir des liens profonds avec la nature, et les espaces naturels dans notre ville. En priorisant les groupes en quête d’équité dans le processus de diffusion et d’octroi des financements, les Bourses TD Amis des parcs nous permettent de concrétiser l’idée d’accès social et d’atteindre notre objectif de « rendre les espaces verts plus accessibles ».

Rendu possible grâce à une formidable collaboration

Restez au fait des possibilités de financement, des programmes et des événements offerts par les Amis des parcs

Inscrivez-vous à l’infolettre de Amis des parcs