La guerre est déclarée! L’Ouest a défié l’Est à une grande bataille d’eau le jour de la fête du Canada. Apportez vos sceaux et vos fusils à eau, et tous les voisins que vous pouvez rallier à votre cause! 

Tel est le défi qui a été lancé. Cet événement constituait la grande finale du Festival Village Days de la communauté Crescent Heights de Calgary, qui a duré deux mois, et qui marquait le début de nouvelles possibilités pour la communauté. Même si cela peut sembler être une drôle de façon de rassembler les gens, cette bataille d’eau unique financée par une Bourse TD Park People est un moyen futé et amusant de créer des liens entre les gens. Comme nous l’avons mentionné lors de notre Sommet des Parcs 2018, où le jeu était à l’honneur, l’amusement et la plaisanterie rendent les gens plus réceptifs, et la réceptivité est essentielle pour bâtir des relations.

Pourquoi une bataille d’eau?

Crescent Heights est une communauté diversifiée présentant un clivage marqué sur le plan socioéconomique. La moitié de la communauté est aisée, tandis que l’autre moitié est composée de ménages à faible ou moyen revenu. C’est l’association communautaire Crescent Heights Community Association (CHCA) qui a eu l’idée d’une bataille d’eau grandiose pour rassembler la communauté sur les plans géographique, social et culturel. Kevin Jesuino, coordonnateur de l’engagement à la CHCA, explique le choix de la bataille d’eau comme moyen idéal pour parvenir à ses fins :

Le jeu est un bon moyen de réunir les gens. Avec cette bataille, nous voulions aborder certains enjeux sociaux qui touchent notre quartier d’une manière loufoque et amusante.

Le groupe a poussé la bouffonnerie jusqu’à inviter Kathleen Ganley, ministre de la Justice du gouvernement de l’Alberta, pour annoncer les règlements de la bataille d’eau, ce qui en a amusé plus d’un selon Kevin. Aux règlements habituels interdisant aux participants de s’arroser avant le coup de sifflet et de viser la tête ou le visage, s’ajoutait celui de ne laisser aucune trace de l’événement sur les lieux. On a demandé aux gens d’apporter leur propre arsenal réutilisable (pas de ballons d’eau qui laisseraient des résidus sur la pelouse) et de participer au nettoyage du parc après la bataille.

Une occasion d’apprentissage

L’objectif de la bataille d’eau était double : s’amuser et stimuler l’engagement communautaire. L’événement, déclencheur d’une importante conversation sur l’égalité et l’inclusion, visait à faire tomber les barrières et les préjugés grâce au rire et au jeu. Il a également permis de souligner le lien qui nous unit à la terre et à l’eau, cette ressource naturelle limitée. Kevin affirme que l’association souhaite placer cet enjeu au cœur des prochains événements. « Nous voulons souligner le fait que nous utilisons cette ressource (l’eau) qui nous vient de la terre. Oui, nous aurons BEAUCOUP de plaisir, mais nous voulons sensibiliser tout le monde à cet enjeu et montrer que nous honorons et respections la nature et l’environnement. »

Alors, qui a gagné?

Kevin s’esclaffe lorsqu’on lui demande qui des deux clans est sorti vainqueur de l’escarmouche.

C’était complètement fou, tout le monde a gagné! Dans une bataille d’eau, il n’y a ni gagnants ni perdants! Nous étions tous aussi trempés les uns que les autres!

Bien que les organisateurs aient présenté l’événement comme un affrontement entre les secteurs Est et Ouest de la communauté Crescent Heights, ils visaient à célébrer la fraternité au sein de cette communauté diversifiée et dynamique. Les gens sont ensuite rentrés chez eux trempés et grelottants, mais avec le plus grand des sourires. La réussite de l’événement était telle que la communauté souhaite en faire une tradition annuelle. La rumeur voudrait que la prochaine grande bataille d’eau soit déjà en cours de préparation.

c