banner

Cultiver un meilleur avenir grâce aux Bourses TD Amis des parcs 2022

août 3, 2022

Clemence Condemi

De la graine jusqu’à la récolte, rien n’est plus gratifiant que de planter des aliments et de les voir pousser. C’est pourquoi des milliers de personnes à travers le pays osent se salir les mains dans les jardins communautaires. La culture de fruits et légumes permet avant tout aux gens d’avoir accès à des aliments frais. Les jardins communautaires jouent également un rôle essentiel en les reliant à la nature et entre eux, améliorant ainsi la résilience et le bien-être des communautés. Comme le dit DeeDee du Jardin communautaire temporaire de Marpole :

« Le pouvoir de l’alimentation, de la création de lieux et d’espaces publics est d’une grande portée et met fortement en commun les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. »

Cette année, parmi les 72 groupes exceptionnels d’amis des parcs récompensés par des Bourses TD Amis des parcs, plusieurs démontrent que la culture et la récolte d’aliments constituent un moyen puissant de développer la résilience communautaire et écologique.

Depuis 2016, les Bourses TD Amis des parcs ont aidé 365 groupes communautaires locaux et organismes communautaires sans but lucratif à soutenir des liens essentiels entre les citoyens et les parcs. Deux des groupes de jardinage communautaire soutenus par une Bourse TD Amis des parcs cette année sont les suivants : le Jardin communautaire temporaire de Marpole à Vancouver et le Groupe des femmes congolaises à Ottawa.

Ces deux groupes prouvent comment, de manière joviale et fructueuse, l’éducation environnementale, la durabilité et l’investissement ne font qu’un au sein des jardins programmés et animés par les communautés.

 

Mettre en œuvre le jardinage communautaire

Le Jardin communautaire temporaire de Marpole a été créé par DeeDee Nelson. Elle a pris l’initiative d’examiner une parcelle de terrain « non accessible et négligée » pendant la pandémie. Lorsque DeeDee a commencé à nettoyer l’endroit, « les gens ont commencé à se manifester et à demander de participer ».

Le jardin temporaire se trouve à Marpole, une des zones géographiques identifiées par le Vancouver Park Board comme zone d’initiative pour l’équité. La personne s’occupant de la promotion immobilière a mis l’emplacement à la disposition de la communauté de façon temporaire avant que la construction commence. Situé sur une route très fréquentée, « où les voitures passent à toute allure sur Granville Street », le jardin est une oasis de verdure qui transporte les personnes participantes de la congestion et de l’agitation de la circulation vers un espace luxuriant qui alimente la communauté.

Un des ateliers organisés par le Jardin communautaire de Marpole pour apprendre à créer un jardin grâce à des sacs en toile de jute

Le Groupe des femmes congolaises est composé de 21 nouvelles immigrantes vivant dans les quartiers desservis par le Centre de santé communautaire du sud-est d’Ottawa (CSCSO). Le groupe s’est formé en 2019 après qu’un pique-nique dans le parc lui ait inspiré de mieux exploiter les espaces extérieurs. Euphrasie, qui travaille au CSCSO en tant que promotrice communautaire, a remarqué que les femmes étaient à la fois désireuses de trouver des sources abordables d’aliments frais et d’apprendre à connaître les plantes. Elle a humblement suggéré de mettre en place un programme de jardinage communautaire, en posant cette question aux participantes : « Que penseriez-vous de la création d’un jardin communautaire? Même s’il est petit, il y a un début à tout. » Et c’est ainsi que les femmes ont commencé à cultiver des aliments.

Également situé dans un quartier en quête d’équité, le Groupe des femmes congolaises voit dans les séances de jardinage communautaire un moyen d’aborder des questions telles que l’isolement, la sécurité et le bien-être mental au sein de la communauté. En plus des ateliers de jardinage, une fête des récoltes clôturera festivement la saison.


Des membres du Groupe de femmes congolaises en train de jardiner

 

Mettre de la nourriture sur la table

L’accès à des fruits et légumes nutritifs et de qualité est un défi systémique au sein des communautés en quête d’équité. L’insécurité alimentaire est devenue un défi encore plus grand pour les familles à faible revenu, le coût des aliments ne cessant d’augmenter. Comme le partage DeeDee :

« Plusieurs personnes âgées avec un budget limité fixe m’ont notamment dit qu’elles cultivaient leur propre nourriture parce qu’elle était trop chère en magasin. »

Si les deux groupes reconnaissent le rôle des jardins communautaires dans la lutte contre l’insécurité alimentaire, ils privilégient aussi le partage du surplus de récolte avec d’autres personnes. Au Jardin communautaire temporaire de Marpole, les personnes participantes distribuent fréquemment des légumes frais aux gens qui passent par là. En fait, elles ont mis en place ce qu’elles appellent une « table végétarienne » pour officialiser ce geste généreux. Lorsque les gens demandent « combien ça coûte? » DeeDee répond d’un air jovial :

« C’est gratuit. Totalement gratuit. »


La table “végétarienne” du Jardin communautaire de Marpole 

Le Groupe des femmes congolaises partage également cet esprit de solidarité. Les denrées alimentaires collectées au cours des ateliers seront distribuées à la communauté en fin de saison lors d’une fête de la récolte qui, selon Euphrasie, sera un « très grand événement. » La nourriture issue de la récolte sera partagée avec l’ensemble de la communauté, un geste qui, selon Euphrase, symbolise le fait que « oui, il y a quelque chose que nous pouvons faire ensemble et qui peut être bénéfique non seulement pour nous, qui travaillons là-bas, mais aussi pour tous les membres de la communauté. »

 

Créer des liens enrichissants

Les jardins communautaires jouent un rôle important dans le rapprochement des personnes entre elles et avec la communauté élargie. Au Jardin communautaire temporaire de Marpole, DeeDee a été témoin de la façon dont l’engagement dans le jardin conduit à une plus grande implication civique en général. Elle partage :

« Tout à coup, les gens apprennent qu’ils ont une voix. Ils commencent à réaliser que le gouvernement municipal est composé de personnes réelles qui peuvent aider à faire bouger les choses. Chaque citoyenne et citoyen peut réfléchir à ce qui est souhaité pour sa communauté et en faire la demande. Cela vaut non seulement pour les espaces publics, mais aussi pour l’aménagement du territoire, les options de transport actif et pratiquement tout ce qui se passe au sein d’une communauté. Nous avons notre mot à dire sur nos villes et plus nous en prenons conscience, plus nous sommes en mesure de nous exprimer. »

DeeDee pense que les personnes âgées ont été particulièrement attirées par le jardin parce que beaucoup d’entre elles vivent seules. La COVID a accentué leur isolement, alors qu’elles devaient éviter les espaces intérieurs pour protéger leur santé. Le jardin communautaire leur a donné une occasion unique de se rencontrer en plein air. Elle ajoute : « Nous avons un besoin urgent d’espace extérieur pour la communauté, pour que les gens puissent venir passer du temps dans la nature et avoir un espace communautaire où se rassembler. »


Deux voisins participant à l’un des ateliers du Jardin communautaire temporaire de Marpole

Dans notre entretien, Euphrasie, du Groupe des femmes congolaises, explique comment le jardin communautaire est une source vitale de connexion communautaire apportant du bonheur :

« J’ai vu des enfants venir et se promener dans le jardin communautaire pour regarder les plantes. Elles et ils ont commencé à nous demander : Oh, c’est quoi ceci? Oh, et cela c’est quoi? C’est un endroit très agréable où être parce que les personnes participantes s’impliquent avec des gens de tous les âges. Elles rencontrent leurs aîné.e.s, leurs enfants et leurs parents. Et wow, c’est un merveilleux endroit pour rassembler les gens, pour briser cet isolement et pour les aider à aller au-delà de ce qui se passe dans leur vie. Et quand ils se rencontrent, tout le monde rigole beaucoup. J’adore. »


Des membres du Groupe des femmes congolaises au jardin communautaire, 2022

Alors que les rires et la joie animent le jardin, il est important de reconnaître que les jardins communautaires font le gros du travail quand il s’agit de renforcer la résilience sociale. Comme le reconnaît judicieusement DeeDee du Jardin communautaire temporaire de Marpole, le type de résilience sociale cultivé dans les jardins communautaires sera de plus en plus crucial face aux changements climatiques :

« Développer cet esprit et ce lien communautaire est, je pense, ce qui rend une communauté résiliente parce que si quelque chose comme un dôme de chaleur ou une inondation a lieu, nous savons qui vit dans le quartier et qui a besoin d’aide. »

 

Cultiver des liens et de la réciprocité avec la nature

Comme nous l’avons récemment souligné dans le Rapport sur les parcs urbains du Canada : « Il existe de multiples inégalités dans l’accès et la jouissance des espaces verts urbains, avec des ramifications pour la justice climatique, le développement équitable des parcs et la santé publique. »

Les jardins communautaires propageant l’équité au sein des communautés permettent aux gens d’accéder à des espaces verts extérieurs qui favorisent la santé et le bien-être des individus. Nous savons que les personnes qui passent plus de temps dans la nature bénéficient d’un meilleur fonctionnement cognitif. Ils sont également plus susceptibles de déclarer des niveaux élevés de bonheur et de bien-être.

Comme le dit Euphrasie du Groupe des femmes congolaises :

« Même si vous ne travaillez pas dans le jardin communautaire, le simple fait d’y aller vous permet de respirer l’air frais et d’entendre le chant des oiseaux. C’est bon pour votre santé, pour l’environnement et pour la communauté. »

 


L’un des ateliers du Jardin communautaire temporaire de Marpole pour apprendre à créer un jardin de pieds carrés sans creuser à l’aide de carton

Dans tous les programmes du Jardin communautaire temporaire de Marpole, DeeDee commence par reconnaître significativement la terre, invitant les personnes participantes à penser au-delà de la façon dont la nature peut bénéficier à la vie humaine et encourage chaque personne à réfléchir aux manières dont elle peut améliorer la nature :

« Si nous remercions la terre, cela signifie que nous devons recevoir quelque chose en retour. Alors, qu’est-ce qu’on donne? J’aime bien demander aux gens de considérer notre relation avec la nature comme n’importe quelle relation saine, soit une relation avec un esprit de réciprocité »

Lors des ateliers, DeeDee apprend aux gens qui participent à utiliser des approches de permaculture et d’agriculture syntropique issues du savoir Autochtone pour enrichir la terre. Pour elle, ces pratiques sont essentielles pour garantir la durabilité de la planète.

« Cela nous fait vraiment réfléchir à ce qui serait la meilleure façon de contribuer à cette croissance durable; pas seulement pour cette année, mais aussi pour l’avenir. »

 

L’espace demeure un défi

Le Jardin communautaire temporaire de Marpole et le Groupe des femmes congolaises ont tous deux soulignés qu’il est extrêmement difficile de trouver des espaces pour créer des jardins communautaires. Alors que le Groupe des femmes congolaises a pu obtenir un espace par l’intermédiaire du programme de jardins communautaires de la Ville d’Ottawa, Euphrasie a souligné à quel point le processus peut être long et compliqué :

« Il était auparavant plus facile d’obtenir un terrain. Il suffisait de se présenter en personne et de le demander. Mais aujourd’hui, tout est en ligne, ce qui nous rend la tâche plus difficile. Cela nous prend plus de temps et d’énergie. »

Le Jardin communautaire temporaire de Marpole est situé sur un terrain privé. Toutefois, s’en remettre à la générosité des propriétaires de terrains privés n’est pas viable à long terme. Comme le dit DeeDee : « Nous profiterons de notre magnifique arrière-cour empruntée tant que nous l’aurons. »

Compte tenu des nombreux avantages des jardins communautaires, nous devons veiller à ce que les personnes travaillant dans le jardin aient accès à des espaces leur permettant de nouer des relations significatives entre elles, avec leur communauté et avec l’environnement naturel.

Comme le dit si bien Euphrasie du Groupe des femmes congolaises :

Le jardinage « nourrit la communauté physiquement, émotionnellement et mentalement. Il s’agit d’un rappel significatif de la façon dont le fait de travailler ensemble en tant que communauté profite à tout le monde. »

 

En savoir plus sur les événements Bourses TD

Joignez-vous à nous pour participer à plus de 216 événements organisés par les Bourses TD Amis des parcs, qui auront lieu du 17 avril au 31 décembre 2022. Visitez la page des Bourses TD Amis des parcs pour connaître les événements qui se déroulent dans votre communauté.

Pour aller plus loin

Rendu possible grâce à une formidable collaboration

La Promesse TD prêts à agir
Park People